D'un rouge Fumant

Type : Littérature | Ajout le : 04/12/2011
Note de l'auteur :
Commande littéraire: -La nouvelle doit être rédigé au IL -Il doit y avoir un dialogue entre deux personnages -On doit retrouver le policier maigrelet vu précédemment dans un autre exercice -500 mots.
Classement :
Pointage : 3/5
Nombre de votes : 1
(Pour voter, connectez-vous!)
Position dans Littérature : 41ème

Visionnements :
Aujourd'hui : 1
Total : 1178

Communauté :
Commentaires : 0
Ajouts aux favoris : 0 (Qui?)

Oeuvre :
Mots : 571
D'un rouge fumant.

Marco attendait impatiemment que la belle Nancy cogne à sa porte. Il attendait comme un enfant de 7 ans courant partout dans la pièce. Il courrait partout voulant déballer son premier cadeau. Il attendait qu'elle arrive, qu'elle se déshabille, qu'elle se couche sur ces draps de satin et qu'elle le s...

La brume de l'alcool lui avait fait perdre la tête. Il ne cessait de tournoyer sur lui-même en ne sachant pas quoi faire. Les minutes défilèrent à pas de souris, lui faisant subir la pire des tortures.

Tout en le ramenant à la raison, cette brume alcoolique lui fit observer que la glace de son verre de rhum fondait tristement. Une voix ténébreuse sortie d'outre-tombe lui rappelant ce triste constat :

— Ta belle Nancy ne viendra pas aujourd'hui! Tu es un raté imbécile qui est rejeté de la société! Tu n'es qu'un minable infortuné qui se plaît dans les magazines cochons! Vicieux! Pervers! Elle a mieux à faire que de sortir avec un vieux crouton comme toi!
— NON! Elle me l'a promise! Elle ME l'a promise! Elle me la dit! Elle viendra, j'en suis sûr!

Marco se rassit sur son fauteuil, pris la télécommande et dans un élan de sureté changea de poste.

Au programme; Pow-wow avec le flic rigolo, un film d'action absurde d'un policier maigrelet qui avait plus de chance dans ces combats qu'avec ces conquêtes. Blagues grasses et sans intérêts, sang et gros fusils étaient au menu.

Marco attendait toujours son cadeau. Ces parents lui avaient toujours mentionné lorsqu'il était jeune que la patience apportait le bonheur, qu'en étant patient, on lui donnerait TOUJOURS ce qu'on lui doit!

Coup de téléphone. Coup de poignard dans le ventre.
Il SAVAIT qu'elle allait être en retard!

Marco se leva avec des sueurs plus froides que le fond de son verre et courut chercher le combiné.
— ALLO!
(...)
— Oui, c'est moi!
(...)
— Non ça va bien.
(...)
— J'te jure!
(...)
— Quoi? Mais je t'avais dit...
(...)
— ARRÊTE DE DIRE ÇA!
(...)
— Tu es terrible, mais c'est toi qui as raison.
(...)
— Dans trois quarts d'heure?
(...)
— (Sacre) OK, j'suis patient, j'attends!
(...)
— Ouais, c'est ça, bye!

Il raccrocha en enfonçant bien le combiné sur son récepteur, voulant l'étouffer, voulant étouffer cette voix qui lui disait qu'elle allait être en retard.

Pop corn. Beurre. Fauteuil.
Dans son fauteuil, Marco était beurré du pop-corn éparpillé.

Il devait un jour faire le ménage de son appartement. Se changer les idées en pensant à autre chose que sa belle Nancy.
Il la connaissait depuis peu.
Sur internet.
Ces yeux d'un bleu cyan, ces lèvres d'un rouge criard l'invitaient chaque fois à se diriger à prendre un kleenex.
Il aimait ça. Elle était coquine.
Il la voulait. Elle le désirait.
Il la f... Elle le s...
Telle une envoûteuse, elle lui chuchotait dans ces rêves, des mots d'un profond amour. Des mots qui lui disaient qu'il était bien, qu'il était adorable, respectable, un homme digne de foi.

Marco avait choisi de la rencontrer.

(...)
Commentaires
Pour pouvoir commenter, vous devez vous connecter !
Personne ne s'est exprimé pour le moment...