Slam Jam... Collectif! Slam Jam... Collectif! Slam Jam... Collectif! Slam Jam.. Collectif!

Type : Chronique / Littérature | Ajoutée le : 22/11/2009

Affiche de la première soirée
Classement :
Pointage : --/5
Nombre de votes : 0
(Pour voter, connectez-vous!)
Position dans Chroniques : --

Visites :
Aujourd'hui : 1
Total : 1077

Communauté :
Commentaires : 1
Ajouts aux favoris : 0 (Qui?)

Chronique :
Mots : 612
Le mercredi 18 novembre avait lieu le premier Slam Jam Collectif, initiative complètement "pétée" de Julie Dirwimmer, Xavier, Francis Lujan et Fabrice Koffy. Ce collectif a décidé de reprendre joyeusement le flambeau des soirées de micro-ouvert à Montréal, auparavant animées par Paolo Tofu au Quai des Brumes.

La soirée, qui avait lieu à l'Escalier, a rassemblé au moins une soixante de poètes et amoureux des mots (peut-être vraiment plus, je suis mauvaise dans ce genre de calcul mental). Au programme, cinq slammeurs-poètes ont ouvert le bal des mots, dont David Goudreault (de Sherbrooke) qui nous a entretenu sur notre belle slamille dysfonctionnelle qui a parfois la "cohérence d'une poutine végétarienne". Nous avons ensuite eu droit à un duel des slammeurs Francis Lujan et Xavier, qui, s'inspirant des compétitions de rap, ont fait ressortir leur côté "bitch" pendant quelques vers (le but étant de "dénigrer" l'autre de la façon la plus percutante). J'ai personnellement beaucoup aimé ce moment, qui s'inscrit pour moi dans l'idée de compétition amicale (tout comme le slam de compétition). Manquait plus que le ring et un arbitre!

Après cette joute, la première partie du micro-ouvert a permis à au moins 17 poètes-slammeurs-conteurs de pitcher leurs mots à la tête du public chaleureux et participatif que nous avions la chance d'avoir. Renaud (j'ignore son nom de famille) nous a amené avec lui au Marché Jean-Talon pour son épicerie peu commune, Frédérique Dubé a partagé l'histoire de l'homme guitare, Fabrice Koffy nous a fait connaître ses nombreux voisins et Madame Cosinus (Julie Dirwimmer) nous a entretenu sur les problèmes d'identité d'un atome. La Clocharde (Brigitte Therrien), Jean-François Vachon, Véronique Bachand et plusieurs autres sont également montés sur scène. Je m'y suis même retrouvée, le temps d'un duo étrange avec Nicolas, poète-bédéiste-trash que j'avais déjà eu l'occasion d'entendre il y a quelques mois. Le concept était qu'il m'insultait pendant que je récitais un poème (plutôt moche d'ailleurs (et c'était le but)) qu'il avait composé. Je ne pouvais pas voir son visage pendant qu'il me criait dans les oreilles, mais il semblait plutôt convainquant, si je me fie aux réactions du public. Ce poème était également une surprise pour moi, car la seule consigne qu'il m'avait donnée était de lire sans me laisser déconcentrer. Étrangement, j'ai adoré participer à ce poème. J'aime les prestations qui créent des malaises :-)

Après une courte pause, un deuxième round de micro-ouvert nous a tenu en haleine une quarantaine de minutes encore. Parmi les prestations, Jean-François Vachon nous a parlé de la crise économique (vous saviez qu'elle était apparemment terminée?) et Julie Marie est montée pour la première fois sur une scène, pour livrer un poème d'amour au slammeur-rappeur June, qui lui a rendu la pareille en improvisant un slam tout aussi romantique.

La soirée s'est terminée vers 23h30 et je n'étais sûrement pas la seule à me dire que le 16 décembre (la prochaine soirée) était fichtrement loin dans mon calendrier. Il faut dire que je n'avais pas encore eu la chance de rencontrer une pareille ambiance à Montréal, tout en chaleur et en amour (fraternel). On y retrouvait une qualité et une variété de prestations digne du Festival du texte court de Sherbrooke!

La prochaine fois, faites partie de l'histoire! Le Slam Jam Collectif se poursuit mercredi le 16 décembre à 19h30 (arrivez tôt!) à l'Escalier, 552 rue Ste-Catherine Est, Montréal.
Commentaires
Pour pouvoir commenter, vous devez vous connecter !

Libellule Rouge
22/11/09 à 03:12
Ça semble avoir été une superbe soirée, tu nous donnes vraiment envie d'y aller. Dommage que je sois en examen cette semaine-là parce que sinon j'y serais bien allé en décembre!
Merci de ce beau compte rendu!

(La cohérence d'une poutine végétarienne... quelle belle métaphore!)