Slam du Tremplin : c'est reparti!

Type : Chronique / Littérature | Ajoutée le : 10/09/2010 | Modifiée le : 14/09/2010


Marianne V. pour e-toile.org
Classement :
Pointage : --/5
Nombre de votes : 0
(Pour voter, connectez-vous!)
Position dans Chroniques : --

Visites :
Aujourd'hui : 0
Total : 856

Communauté :
Commentaires : 3
Ajouts aux favoris : 0 (Qui?)

Chronique :
Mots : 552
Depuis 4 ans que le slam à Sherbrooke envahit la scène du Tremplin à Sherbrooke en criant, murmurant, gesticulant, tapant du pied ou des verbes, avec cœur, gêne ou ardeur, sous les applaudissements, les rires ou les huées, offusquant ou larmoyant, toujours plus en mots et en poésie. Un nombre presque incalculable de slameurs se sont succédé au micro tenu par le chef d’orchestre de la compétition, l’animateur Frank Poule, qui a ouvert la quatrième saison ce jeudi 2 septembre dernier devant une petite foule ayant bravé les ondées et autres éclairs pour se trouver un siège dans ce rassemblement de poètes qui, au fond, ne se prennent pas trop au sérieux.

Pour ma part, j’ai assisté à cette soirée en simple spectatrice heureuse de retrouver les slameurs habituels ainsi que de nouveaux visages en compétition : Charles Duquette, Simon Landry, Marie-Claude Lépine, Anthony Lacroix, Benoit Beaudoin et Charles Lavoie. Ce dernier a toutefois été disqualifiée pour avoir fait usage de ses talents musicaux avec des assiettes en aluminium, ce qui n'a pas empêché le public d'en redemander!

Ce sont finalement Simon Landry et Marie-Claude Lépine (qui d’ailleurs est l’une des quatre finalistes de Sherbrooke la saison dernière) qui se sont taillés une place pour la demi-finale du mois de mai. Deux poètes, Benjamin Zielinski et Daniel Morel, se sont aussi risqués au micro-ouvert, pour le plaisir du public.

La soirée a débuté avec la performance de Ian Fournier, chansonnier qui revisite les poèmes d’Émile Nelligan accompagné à la guitare. Il a aussi offert au public quelques-unes de ses compositions, qui semblent avoir été bien appréciée, peut-être parce que le musicien semblait plus à l’aise avec ses propres mots et rythmes.

On a aussi eu droit à un moment un peu spécial, alors que David Goudreault, triple champion du Slam du Tremplin, s’est présenté comme poète sacrifié aux juges, comme la tradition l’exige. Il a livré un texte digne de sa réputation, en ne sachant pas ce qui l’attendait par la suite. Il a tout d’abord dû faire face aux juges sur scène, puis Pouyo (finaliste à Trois-Rivières) lui a rendu hommage avec un texte bien tourné et une sculpture commémorative de ses victoires. Un moment touchant, mais surtout cocasse et divertissant, qui a définitivement donné le ton à cette première compétition de la saison.


Le prochain rendez-vous slam est fixé au 23 septembre prochain, alors que sera présenté la finale du Grand Chelem, ce défi ultime de la saison 2009-2010 où plusieurs slameurs de partout au Québec ont tenté de conserver la faveur du public pendant un maximum de 22 minutes 22 secondes. Quatre d’entre eux ont réussi l’exploit et ils s’affronteront maintenant dans l’arène du Tremplin dans l’espoir de remporter un bâton de baseball signé par le père spirituel du slam, Marc K. Smith (http://www.slampapi.com/), ainsi que tous les applaudissements du public. Carl Bessette, Queen Ka, Guy Perreault et Marjolaine Beauchamp devraient vous en mettre plein la vue et les oreilles! (Réservez rapidement car les places sont limitées!)
Commentaires
Pour pouvoir commenter, vous devez vous connecter !

Libellule Rouge
14/09/10 à 18:03
Merci de ton commentaire, j'ai corrigé l'erreur.

Pour ceux qui voudraient réserver leur place pour le grand chelem, visitez le http://www.slamdutremplin.com/

Utopia24
14/09/10 à 10:33
:-)
J'ai trouvé comment réserver :-)

Utopia24
14/09/10 à 08:40
Réserver
Je fais comment? Je veux trop être là :-)

Sinon, petite erreur dans ce bout de phrase...
"peut-être parce que le musicien semblait plusieurs à l’aise avec ses propres mots et rythmes."

J'ai pas pu écouter la soirée à la radio parce que radio il n'y a plus, bouhou, donc merci pour ta chronique! :-)

Je t'aime cocotte!