En direct du Festicourt!

Type : Chronique / Littérature | Ajoutée le : 29/05/2010
Agrandir la galerie
Festicourt
Classement :
Pointage : --/5
Nombre de votes : 0
(Pour voter, connectez-vous!)
Position dans Chroniques : --

Visites :
Aujourd'hui : 0
Total : 1177

Communauté :
Commentaires : 3
Ajouts aux favoris : 0 (Qui?)

Chronique :
Mots : 822
Live du Festicourt, je me permets de vous donner quelques nouvelles de l’événement, pour que rongés par les remords de ne pas être parmi nous, vous preniez le premier Allô-Stop et nous rejoignez pour les deux prochaines folles journées du Festival!

Le Festival s’est d’abord ouvert hier soir (jeudi le 27 mai) sur la finale régionale de slam. 8 slameurs émérites se sont affrontés dans cette dernière joute officielle de la saison. Au premier tour sont tombés Maxime Michaud, que le hasard avait désigné comme premier, et Mathieu Proulx qui avait pourtant courageusement plongé dans cette marée noire et gluante qui s’étend sur notre conscience depuis quelques semaines. Au deuxième tour, Anthony Lacroix est mort sous les pourtant excellents 9.3, 9.4 et 9.5. Enfin, au troisième tour, Sophie Jeukens s’étant offert un bonus de temps pour nous livrer un texte sensible et senti, le chrono a tranché et elle a laissé place aux David Goudreault, Flavie Dufour, Marie-Claude Lépine et Myriam St-Denis Lisée, qui représenteront Sherbrooke à la finale québécoise les 20 et 21 septembre prochain, au Lion d’Or à Montréal.

Une bonne partie du public en délire s’est ensuite transporté au superbe local de Art Focus (94 King Ouest, http://www.artfocus.tv/), ouvert depuis 3 semaines, véritable galerie d’art vivante, dynamique et interactive. Nous avons eu droit à des prestations en anglais, en français et en espagnol par entre autres Alessandra Naccarato, Michelle Dabrowski et Kathleen du Throw Poetry Collective, Patti Warnock, Marianne Verville et Anthony Lacroix pour leur duo Insectarium, Simon Lavoie et ses accompagnements musicaux, James Bob et plusieurs autres.

La journée du 28 mai a commencé très tôt pour les Sophie Jeukens, Frank Poule, Sylvain Bérubé, Simon Landry, Véro Bachand, Maxime Michaud et Emmanuelle Meunier de ce monde, qui ont investi le Centre St-Michel (école pour adultes) afin d’animer des ateliers de création originaux pour les élèves. Le tout s’est terminé par un spectacle improvisé à la cafétéria sur l’heure du midi, et la formule fut renouvelée en après-midi avec Maxime, Emmanuelle, Sophie, Anthony Lacroix, Myriam St-Denis Lisée, Steven, Marianne Verville et Marc-André Dansereau. Plusieurs élèves ont une fois de plus performé des textes et certains d’entre eux publieront leurs écrits dans le futur recueil Artères du Festicourt.

La soirée s’est ensuite ouverte sur un 5 à 7 des Six Brumes au local Art Focus. Guillaume Houle, l’animateur, a laissé place à un des prolifiques auteurs de cette maison d’édition le temps de 3 nouvelles d’horreur : Jonathan Reynolds. Quelques personnes sont aussi passées au micro-ouvert. Les Six Brumes se spécialise dans la publication d’ouvrages de six différentes catégories : fantastique, fantasy, horreur, policier, science-fiction et inconnu. Pour plus d’informations, vous pouvez visiter : http://www.sixbrumes.com/

Frissonnants d’horreur et ruisselants de sueur en cette chaude soirée de mai, le public s’est ensuite dirigé au Club de boxe de Sherbrooke (54 Wellington Nord) pour une soirée tout à fait incroyable de slam-poésie-improvisation. Animée par David Goudreault, percutant et sensuel comme nous l’aimons, le combat fut digne d’une game des Canadiens (contre Pittsburg) entre les Golden Terror (Sylvie L. Bergeron, Julie Dirwimmer et Frank Poule) et La belle, la pute et le puant (Jocelyn Thouin, Patrick Jalbert et Valérie Toupin). Pour ceux qui comme moi s’interrogent sur l’origine du patronyme Golden Terror (la Terreur Masquée), il s’agit du vrai nom de lutteur du père de Sylvie L. Bergeron, qui était lutteur professionnel. La soirée, chaude à souhait, fut parsemée de haïkus fougueux, de rap plus ou moins tight selon les équipes, de slam, de poésie, de culture profonde et de joke de culs, de quasi-sodomies, de dialogues rimés, de rot et de plaquages au sol par nos lutteurs-slameurs émérites. Une expérience tout à fait inoubliable, tant pour le public que pour les poètes qui ont foulé le ring, littéralement!

À peine remis de nos émotions, nous nous sommes dirigés à la Boutique Sans % Gothik, où nous avons eu droit à du vrai Death Metal par Manslaughter Project (mes oreilles en cillent encore!) entrecoupé par les performances savoureusement saignantes de Keven-Yann Boisvert, Marie Laporte, Jonathan Reynolds, Myriam Benoit, Michael Moslonka et l’empereur Ghoule, avec sa faux, qui nous a réanimé le temps d’une soirée, avec sa voix grinçante d’outre-tombe. Du vrai bonbon pour nos globules!

Que rajouter comme conclusion…? Que faites-vous encore dans votre salon! Venez nous rejoindre pour les prochaines activités du 29 et 30 mai (spectacle multidisciplinaire au Tremplin, micro-ouvert au Salon de Thé et Réclame ta rue toute la journée du dimanche sur la Wellington Sud). Pour plus d’informations, visitez http://festicourt.org/
Commentaires
Pour pouvoir commenter, vous devez vous connecter !

Utopia24
29/05/10 à 23:38
Désolée!
Désolée Dany de ne pas avoir abordé ces choses en effet mémorables. J'ai écrit la chronique tout en ayant de passionnantes discussions avec mes voisins de table, au Siboire. J'en ai même oublié Pat qui se rue tel un mâle en rut sur Jocelyn Thouin!
J'ai surtout suivi la prog officielle pour me rappeler des différents moments, j'ai pas pris full notes en fin de semaine à date.

Burn
29/05/10 à 18:46
Pascal (eldorino) qui lit un texte sur son iphone au micro-ouvert = epic win. Sinon ça m'étonne que t'a pas ploguer la dicussion sur mon chapeau, c'est rendu que tout le monde m'aborde pour m'en parler, lol.

Libellule Rouge
29/05/10 à 18:40
Je n'aurais su mieux dire! Bravo encore pour ta place en finale!

Ouf, en tout cas le festicourt manque pas d'action, et c'est loin d'être fini! Merci pour ce beau compte rendu!