6e soirée Slam du Tremplin: oser et s'ouvrir

Type : Chronique / Littérature | Ajoutée le : 04/03/2011 | Modifiée le : 04/03/2011

Éric Filiatrault, gagnant de la soirée
Marianne V. pour e-toile.org
Classement :
Pointage : --/5
Nombre de votes : 0
(Pour voter, connectez-vous!)
Position dans Chroniques : --

Visites :
Aujourd'hui : 0
Total : 1103

Communauté :
Commentaires : 0
Ajouts aux favoris : 0 (Qui?)

Chronique :
Mots : 485
Après une absence de quelques mois, j’ai renoué avec l’antre du slam à Sherbrooke, le Slam du Tremplin. Qui dit mois de mars dit avant-dernière soirée de compétition avant les demi-finales. Bien préparés ou non, quelques slameurs ont osés braver les juges pour assurer leur qualification, au grand plaisir du public très nombreux au rendez-vous.

Bien que les quatre slameurs en compétition – Catherine Migneault, Benjamin Zielinski, Éric Filiatrault et Sébastien Corriveau – se soient livrés une chaude lutte dans des thèmes très diversifiés, j’ai eu une petite préférence pour les prestations offertes au micro-ouvert. On a ainsi eu droit à un retour au micro des slameurs de l’animateur, Frank Poule, toujours aussi en verve. Sophie Jeukens et Ève-Marie Pineault ont toutes deux livré des performances touchantes et bien appréciées du public.

Mathieu Proulx en a surpris plus d’un avec une introduction musicale finalement sans aucun rapport avec son texte, d’ailleurs captivant. Mais la plus grande surprise est venue de Pouyo, qui a réglé ses comptes avec les montréalais qui « bitchent contre le slam » : c’est lui qui l’a dit! En tout cas, ce fut envoyé avec force et conviction, en espérant que ces adeptes des lectures de poésie, ces gens bornés qui croient que le slam n’est pas de la poésie s’ouvrent enfin les yeux.

Aussi, on a eu deux preuves que faire du slam, c’est se livrer au jugement du public. J’ai toujours considéré les spectateurs du Tremplin comme très ouverts. D’ailleurs, un nouveau slameur, Jimmy, a osé monter sur scène et contrer les préjugés associés à son handicap langagier avec un texte d’amour tout en simplicité : je crois qu’il a su faire vibrer la corde sensible de plusieurs. À l’opposé, certaines personnes qui viennent performer n’arrivent pas à affronter un public un peu moins réceptif. Je leur dirais que c’est le risque du slam, et qu’il faut savoir apprendre des obstacles, non pas fuir devant l’adversité : c’est ainsi que tous ceux qui sont passés sur une scène slam ont progressés.

Finalement, le public a eu droit aux airs de Trini, qui accompagne en musique les soirées, mais aussi à une chanson de Charles Lavoie, chanteur des B.e.t.a.l.o.v.e.r.s., juste au début de la deuxième partie : les déserteurs ont manqué quelque chose! Pour les curieux, Benjamin Zielinski, en 2e place, et Éric Filiatrault, grand gagnant de la soirée, iront affronter les autres slameurs déjà qualifiés en demi-finale début mai. Ça promet!

Pour des images de la soirée, rendez-vous sur la page Facebook d’e-toile : https://www.facebook.com/pages/E-To.....0492172423
Commentaires
Pour pouvoir commenter, vous devez vous connecter !
Personne ne s'est exprimé pour le moment...